FR EN

L'actualité sur la propriété intellectuelle

22.08.2022 15:04

PROSPECTION COMMERCIALE : QUELLES LEÇONS PRATIQUES TIRER DE LA SANCTION DE 600.000 EUROS A L’ENCONTRE D’ACCOR ?

Ne pas se fonder sur son intérêt légitime pour envoyer aux clients des offres de partenaires...


Cat: Données - Bases de données – RGPD / DPO - Big Data et intelligence artificielle, Droit des Technologies Avancées, Veille Juridique
12.07.2022 10:16

UTILISATION DE GOOGLE ANALYTICS « ILLÉGALE » : QUELLES RECOMMANDATIONS DE LA CNIL ?

À la suite de plusieurs mises en demeure d’opérateurs de site Web, la CNIL a confirmé que...


Cat: Données - Bases de données – RGPD / DPO - Big Data et intelligence artificielle, Veille Juridique
voir les archives ->
< INTENSIFICATION DE LA CONTREFAÇON : COMMENT LUTTER ?
01.12.2021 16:05 Il y a: 297 days
Categorie: Droit de la Propriété Intellectuelle, Veille Juridique

NAMING : DE L'IMPORTANCE DE BIEN CHOISIR VOTRE MARQUE


Comment vous protéger des contrefaçons de marques ? La Cour de cassation rappelle l’importance de bien déposer sa marque pour éviter que des tiers s’approprient votre signe distinctif. En pratique, si le simple dépôt d’une marque n’est plus susceptible de caractériser une contrefaçon, il est indispensable de faire des vérifications avant tout projet de dépôt pour sécuriser vos actifs et leurs exploitations futures.

 

 

La demande d’enregistrement d’un signe similaire à une marque antérieure, indépendamment de toute autre utilisation de ce signe, peut-elle constituer un acte de contrefaçon ? Telle est l’intéressante question à laquelle vient de répondre de la Cour de cassation par deux arrêts du 13 octobre 2021 (premier arrêt ; second arrêt).

 

Il est vrai qu’en la matière, la jurisprudence était incertaine en raison de la dualité des juridictions. En effet, les juges de première instance ou d’appel s’opposaient à la vision de la Cour de cassation selon laquelle une demande d’enregistrement pouvait constituer un acte de contrefaçon (V. par ex. : Com. 10 juill. 2007, n° 05-18.571). La difficulté est que la Cour de justice de l’Union européenne a, en 2016, pris position sur cette question (CJUE 3 mars 2016, aff. C‑179/15, Daimler).

 

Faisant une application éclairée de la jurisprudence européenne, la Cour de cassation vient d’affirmer que « la demande d'enregistrement d'un signe en tant que marque, même lorsqu'elle est accueillie, ne caractérise pas un usage pour des produits ou des services, au sens de la jurisprudence de la CJUE, en l'absence de tout début de commercialisation de produits ou services sous le signe. De même, en pareil cas, aucun risque de confusion dans l'esprit du public et, par conséquent, aucune atteinte à la fonction essentielle d'indication d'origine de la marque, ne sont susceptibles de se produire ».

 

En somme, la Cour de cassation met en avant quatre critères cumulatifs pour définir un acte de contrefaçon :

  • Le signe contrefaisant doit être utilisé dans la vie des affaires ;
  • Le signe contrefaisant doit être utilisé en l’absence du consentement du titulaire de la marque antérieure ;
  • Le signe contrefaisant doit être utilisé pour des produits ou services identiques ou similaires à ceux désignés par la marque antérieure ;
  • L’utilisation du signe contrefaisant doit provoquer un risque de confusion dans l’esprit du public, portant atteinte à la fonction essentielle de la marque et à sa fonction de garantie de provenance.

 

En estimant que la demande d’enregistrement n’était un simple acte préparatoire, la Cour de cassation en a déduit, dans les deux affaires, que cette demande n’était pas un usage à titre de marque et ne pouvait être contrefaisant.

 

Dès lors, en brisant les divergences jurisprudentielles, cet arrêt induit une avancée non négligeable pour les titulaires de signes distinctifs bien que celui-ci puisse interroger car la demande d’enregistrement n’est-elle pas le premier usage à titre de marque ? En répondant par la négative, la Cour de cassation irrigue sa jurisprudence de la pensée européenne selon laquelle le droit des marques doit être appréhendé dans une approche fonctionnelle.

 

En pratique, ce revirement ne dispense pas de faire des vérifications avant tout projet de dépôt. Si le simple dépôt d’une marque n’est plus susceptible de caractériser une contrefaçon, en l’absence d’usage, il s’agit souvent d’une première étape vers cet usage, qu’il convient de sécuriser en amont. L’avenir de votre projet de marque en dépend !

 

 

LE PÔLE IP / IT DATA

 

Les experts du pôle Propriété intellectuelle du cabinet ALTIJ vous accompagnent pour consolider votre projet, depuis le choix du signe susceptible d’identifier vos produits et/ou services, jusqu’aux procédure d’opposition devant les instances nationale et européenne, ainsi qu’en cas d’action en contrefaçon.